Planet Freedom et sa pub osée

Je viens de retrouver une publicité amusante censurée rapidement par le comité d’éthique. Elle doit dater de 2002 et concernait le fournisseur d’accès à internet Planet Internet (actuellement Scarlet si je ne me trompe pas). Je me souviens encore de ce doigt d’honneur affiché en grand dans les abris bus et le passant de se demander pourquoi tant de haine. Quelques temps plus tard, les deux doigts en signe de victoire remplaçaient le va te faire foutre.

Publicité Planet Freedom

Photo truquée par Reuters

Une fois n’est pas coutume, l’agence Reuters a reconnu et présenté ses excuses pour les photos retouchées par un de ses photographes libanais. Le but était d’accentuer les dégâts du raid israélien sur Beyrouth. Cette manipulation de l’image aura de lourdes conséquences pour le pigiste. En plus d’être licencié pour faute grave, tous les clichés (plus de 900) ont été retirés du catalogue.

Photo retouchée Reuters
Photo originale à gauche, retouche à droite

Simone de Beauvoir la scandaleuse

Le 3 janvier 2008, le Nouvel Observateur publie une photo de Simone de Beauvoir nue à la une de son hebdomadaire avec pour titre: « Simone de Beauvoir la scandaleuse ». Certains ont trouvé honteux le choix pris par la rédaction de mettre en avant la plastique de la féministe dans un but uniquement commercial plutôt que son œuvre.

Simone de Beauvoir nue
Photo retouchée à gauche, originale à droite

Outre le choix de l’image, la photographie a été retouchée par le journal: de légers bourrelets effacés, des capitons sur les fesses gommés, le cadrage réduit de manière à occulter le W.-C. sur la droite. Le photographe de l’époque déplorait ces ajustements.

Je peux comprendre l’utilisation de Photoshop pour corriger le galbe des jambes – mais je pense que cela n’ajoute rien, bien au contraire, à la fraîcheur de l’original. Art Shay

Images subliminales

Les images subliminales se sont popularisées avec le procès d’un publicitaire qui diffusait un message très bref « Eat Pop-corn, drink Coke » lors de la projection d’un film dans une salle de cinéma. Selon certaines sources de l’époque, les spectateurs consommaient davantage de pop-corn et de coca à la sortie de salle. Aucune étude sérieuse n’atteste aujourd’hui de l’impact de telles images sur le comportement de l’individu.

On pourrait utiliser ce mécanisme pour diffuser des messages préventifs. Par exemple: l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, le tabac cause des dégâts irréversibles. Toutefois, même si l’intention est noble, le procédé reste interdit. Le spectateur est pris en otage par un procédé qu’il ne maîtrise pas.

Image subliminale dans Apocalypto
Le réalisateur Mel Gibson apparaît dans la bande annonce d’Apocalypto

Le cas le plus flagrant est celui de Fight Club dans lequel une série d’images sont incrustées tout au long du film dont le membre d’un homme en gros plan. Il faut évidemment avoir vu le film pour comprendre les raisons de cette incrustation.

Image subliminale dans Fight Club
Dernière image subliminale dans Fight Club (clic pour voir l’originale)

D’autre exemples d’images subliminales existent, mais certaines sont fort discutables et on se demande si elles ne sont pas le résultat d’une tendance à la paranoïa de la part de ses auteurs. Le mal serait partout, la pub voudrait la peau du consommateur et nous serions tous des moutons sans aucun discernement ni esprit critique.

Illusions anamorphiques

L’anamorphose est simplement une déformation de l’image. Avec le tout numérique d’aujourd’hui, il est très facile d’étirer une image pour que son rapport hauteur/largeur ne soit plus respecté. En photographie, l’effet n’est pas souhaitable à l’exception de petites retouches.

On n’a pas attendu le numérique pour l’utiliser. Le tableau les Ambassadeurs d’Holbein fait apparaître en premier plan un crâne entre les deux personnages. La perspective du squelette est rétablie en se positionnant au ras du tableau.

Tableau Les Ambassadeurs

Vous avez certainement déjà vu sur le web les travaux de Julian Beever. Il a réalisé de nombreux dessins d’illusion au pastel à même le sol. On reconnaît d’ailleurs certaines œuvres faites à la rue Neuve de Bruxelles. Son travail consiste à donner l’illusion d’un dessin en 3 dimensions à partir d’un point de vue bien précis.

Globe

Globe, de côté

Dati perd sa bague par magie

C’est au tour du Figaro de manipuler la réalité. L’objet a gommer est un bijou précieux, en l’occurrence une bague portée par la ministre française de la justice. Contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer, il ne s’agit pas d’une demande de la principale intéressée mais une volonté du service photo.

Dati sans retouche photo

Ce dernier voulait éviter une polémique autour d’une bague à plus de 15 000 euros. Un choix stratégique risqué et à double tranchant dès lors que le pot aux roses est découvert et mis en lumière par la presse. Effet Barbara Streisand garanti.

Dati à la Une du Figaro

Paris Match retouche Sarkozy

Pagaie en main, lunette de soleil, Sarkozy topless passe de bons moments en compagnie de son fils. Dans l’édition du 9 août 2007, Paris Match (hebdomadaire d’Arnaud Largardère) publie une double page de ce moment de détente. La photo diffère légèrement de l’originale. Les responsables ont cru bon de gommer un bourrelet du président français. Paris Match se justifiera sans convaincre personne: « la position sur le bateau exagérait cette protubérance ». De son côté, l’Élysée s’est dit incompétent dans la retouche: « Nous manions assez mal le logiciel Photoshop ».

Sarkozy à la rame en compagnie de son fils

Le plus étonnant dans l’histoire c’est le choix délibéré de Paris Match à corriger le cliché alors que cette même photo diffusée partout ailleurs n’avait subit aucune correction.

Sarkozy a trois jambes

Paris Match devient habitué de la retouche photo. Quand ça se sait, c’est toujours gênant de devoir se justifier. Mais quand le travail est mal fait, c’est encore plus dérangeant. Souvenez-vous de cette photo arrangée, où le Président en plein footing avait demandé à son garde du corps de s’écarter un court instant pour ne pas apparaître dans l’objectif des photographes pointés à un endroit désigné à l’avance.

Cette fois-ci, la photo représente Nicolas Sarkozy en compagnie du pape Benoit XVI. En arrière-plan se trouve la garde rapprochée du président. Un élément perturbateur et indésirable pour le photographe. L’agent de sécurité tenu en retrait a été supprimé de la photo. Du moins en partie, car on distingue sa jambe à droite de la photo.

Nicolas aux côtés du pape
Photo retouchée dans Paris Match

Cette décision de retouche est l’initiative du photographe qui n’a pas cru bon de prévenir ses clients de la manipulation. Après coup, l’auteur a reconnu avoir commis une « erreur énorme ».

Myriam enlève le haut… et le bas

Tout le monde se souvient de cette pub provocante et innovante pour l’époque. Myriam est le nom donné à cette campagne publicitaire lancée par l’annonceur Avenir sur Paris et quelques autres villes en août 1981. On apprendra que c’est également le vrai prénom de la petite amie du photographe venue en urgence remplacer la mannequin. Une première affiche montre une jeune femme en bikini sur un fond de plage turquoise. Rien d’extraordinaire si ce n’est le texte adossé: « Le 2 septembre j’enlève le haut ».

Publicité Myriam
Une promesse…

Deux jours plus tard, l’affiche a bien changé et l’annonceur tenu promesse. Myriam se retrouve dans la même position mais seins nus cette fois. Le texte est encore plus provocateur: « Le 4 septembre j’enlève le bas ». La campagne intrigue le passant et les médias. Aucune mention du publicitaire n’est faite.

Publicité Myriam
Une deuxième promesse…

Deux jours plus tard, le changement a bien eu lieu. Myriam est totalement nue mais prise de dos. Le public découvre enfin le commanditaire et son message: « Avenir, l’afficheur qui tient ses promesses ». Par cette campagne, la marque démontre sa capacité à tenir parole mais aussi à changer toutes les affiches en une seule nuit.

Publicité Myriam
Chose promise, chose due

Cette campagne savamment orchestrée est un cas d’école en publicité. Le concept de l’affichage séquentiel, masqué en première partie, a pour objectif d’intriguer et de titiller la curiosité. A cette différence qu’aujourd’hui, la loi exige l’apposition du nom du commanditaire.

Gestalt: loi de fermeture

Je vous ai déjà parlé des théories de la Gestalt. Dans les différentes composantes, il existe la loi de fermeture. Il s’agit de l’aptitude de notre cerveau à compléter des formes suggérées à partir de quelques éléments afin de lui donner une signification. Dans les 3 premiers exemples, vous aurez certainement identifié: un carré, un triangle et la lettre e. La troisième forme est moins évidente car rien ne se détache en particulier et les interprétations sont trop nombreuses: la lettre c, la lettre o, l’oreille gauche d’un ours en peluche…

Exemples de la loi de fermeture

Là où ça devient amusant c’est quand le « déclic » de fermeture ne s’opère pas tout de suite. On contemple alors des formes dont le sens nous échappe. On se satisfait de l’aspect graphique sans chercher midi à quatorze heures. Dernièrement, j’ai été séduit par l’animation 3D du court-métrage « Pivot ». Dans un premier temps, j’ai essayé de lire les formes pleines en blanc du titre mais sans résultat. Dès que j’ai fait l’inversion, difficile de passer à côté.

Capture Pivot

L’autre exemple connu est le logo de Carrefour. Pendant longtemps, j’y ai vu deux flèches de couleurs. Une flèche simpliste tournée à gauche adossée à un dessin tribal tourné à droite. Et puis, un jour où je rêvassais sur le parking de l’hypermarché, mon cerveau a fait l’inversion.

Capture du logo Carrefour