Langage SMS

Les lecteurs réguliers de ce blog savent tout le bien que je pense du SMS. Ce type de communication n’est pas responsable à lui seul de la baisse du niveau général chez les adolescents. Ce serait trop simple. Les causes sont multiples et plus complexes mais le SMS reste le bouc émissaire idéal et évite bien des remises en question parfois gênantes. Au contraire, ce langage offre de nouvelles occasions d’échanger et de stimuler la créativité des jeunes. Une position que ne partage pas monsieur D’Ursel dans son exposé : « Le langage SMS, ou l’impossible révolution démocratique ».

Selon monsieur D’Ursel, la retranscription phonétique est susceptible de poser problème, car elle revêt divers champs sémantiques. Certes, mais le problème est exactement le même avec les homophones parfaits… qui plus est dans une langue normalisée comme la langue française. La bière fait référence à la boisson ou au cercueil ? Le cousin désigne le moustique ou le frère de mon oncle ? Pour y répondre, il faut connaître le contexte. Il en va de même pour le langage SMS.

Quand je souhaite communiquer en français, j’utilise la grammaire, la syntaxe, le vocabulaire… toutes des notions apprises à l’école et bien au-delà. Comme tout outil de communication normalisé, la langue possède des règles à respecter. Ne pas s’y plier risque de nuire à la bonne compréhension du message. C’est valable avec une langue, ça l’est également avec n’importe quel autre outil. Pour communiquer en morse, nous (locuteur et destinataire) devons apprendre les signaux. Pour échanger en phonétique, nous devons apprendre l’API ou tout autre alphabet phonétique. Il est question de se mettre d’accord sur un outil commun.

Le langage SMS est à la portée de tous… du moins les scripteurs capables d’écrire en français. Ils possèdent donc une base commune indispensable. Ils vont ensuite s’approprier ces fondamentaux pour les agrémenter à leur sauce et produire du contenu personnalisé. C’est, entre autres, tout ce qui fait son charme et son succès. Croire qu’il faille maîtriser les subtilités de la langue pour s’adonner au SMS est un non-sens. Aussi, ce langage s’utilise généralement entre des personnes de proximité. Autrement dit, les protagonistes se connaissent. Il se crée alors des habitudes qui diminuent le risque d’erreur.

La présentation reflète assez bien ce qu’est le texto : un jeu. Il n’y a pas lieu de chercher de la cohérence à tout prix, mais de laisser un peu de folie et de légèreté. On s’amuse de la forme pour mettre tout le monde sur un pied d’égalité indépendamment de la maîtrise de sa langue.

Publicités