Les anglicismes

Les anglicismes sont monnaie courante en français. Certains les redoutent, d’autres en abusent comme les publicitaires ou les émissions de divertissement. Ils donnent un look branché, fun et jeune.

Belgium's got talent
⏩ émission francophone Belgium’s got talent

Faut-il encore pouvoir les identifier. Certains mots sont originaires du français, empruntés par l’anglais et reviennent chez leur propriétaire avec ou sans changement. Par exemple, nous sommes nombreux à prononcer le mot challenge avec un accent anglo-saxon. Or, ce mot est issu de notre patrimoine linguistique et s’est fait adopter sans broncher par nos amis d’outre-mer. Inutile donc de le prononcer à l’américaine mais plutôt [cha-lang]. Je ne connais pas tous les faux anglicismes, en voici quelques-uns: interview (entrevue), marketing (marché), le tennis (Tenez!), management (ménagement), etc.

Anglicisme {n. m.} — Locution, tournure propre à la langue anglaise. Emprunt à l’anglais. Larousse

[Ndl: Qu’est ce qu’un anglicisme exactement ? « kidnapper » est-il un anglicisme ? To kidnap c’est de l’américain mais nous avons former un verbe en francisant le mot. Et que penser des mots franglais ? comme « attaché-case » et des faux anglicismes comme « tennisman, camping-car… » qui n’existe pas dans la langue prétendue? « Jungle » est un mot emprunté à l’anglais qui lui même l’a emprunté à l’hindi. ]

À titre personnel, je ne suis pas opposé à l’usage des mots anglais. Notre langue s’enrichit de nombreux termes venus de l’extérieur. Certains concepts nés outre-Atlantique sont entrés dans le langage courant. Même s’il faut rester vigilant sur l’adoption des anglicismes, l’importance qu’ils ont dans notre langue est toute relative. On trouve d’ailleurs une position de l’Académie française plutôt rassurante à ce sujet.

Un Dictionnaire des mots anglais du français de 1998, évalue les emprunts de l’anglais à 4 ou 5 % du lexique français courant. Si l’on considère les fréquences d’emploi de ces anglicismes, on constate que beaucoup appartiennent à des domaines spécialisés ou semi-spécialisés et sont donc assez peu fréquents dans la langue courante. Académie française

Même son de cloche chez d’autres spécialistes comme Jean Pruvost dans Les néologismes. À l’exception de quelques discours alarmistes, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Les emprunts à l’anglais n’occupent que 2,5&nbps;% du vocabulaire dans les dictionnaires. Ce pourcentage baisse encore pour ce qui concerne les mots du quotidien. Cela dit, la vigilance est de mise surtout quand une tournure française existe. On fait une pause, plutôt qu’un break, on réserve un billet chez un voyagiste et non un tour opérateur. Il en va de même pour les sens anglais qui déteignent sur le français, tandis que d’autres s’immiscent dans notre langue (réaliser dans le sens de comprendre).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s