On s’en fout pas !

Je reprends ici une note fort intéressante de Bruno Dewaele: « 11: sacré numéro ». Comme à chaque fois, il faut s’accrocher pour suivre surtout quand on a une petite culture. L’article traite du chiffre 11. Ce dernier se comporte comme s’il commençait par une consonne: point de liaison ou d’élision.

Le Bordas confirme cette particularité (valable également pour onzième), mais uniquement dans la langue surveillée. Je suppose qu’il s’agit de l’écrit.

Le onze octobre.
Le train de onze heures.

À l’oral, il est toléré de faire la liaison devant « onze heures ».

La messe d’onze heures.

La dame-d’onze-heures

Il existe deux exceptions à cette interdiction d’élision. Ce sont deux noms communs. Le premier se rapporte à une très belle plante (ne pas omettre les deux tirets et l’apostrophe) et l’autre au poison contenu dans le bouillon de la dernière heure.

La dame-d’onze-heures.
Le bouillon d’onze heures.

L’onze de France

M. Dewaele reprend « l’onze de France ». Après une recherche sur Google, je suis tombé sur une vidéo de l’INA et le « onze du France ». Le France étant ici un paquebot. En fait, en termes sportifs, « le onze » est une expression en lieu et place de l’équipe nationale de football français. On dira donc « le onze lyonnais, parisien… ». Il existe une expression similaire pour les rugbymans: « le quinze de France »

Franc du collier

On trouve dans l’article, « franc du collier ». D’où vient cette expression ?

Cette expression était initialement appliquée aux chevaux qui tirent des charges avec la même régularité en ligne droite et sans les à-coups qui pouvaient résulter des coups de fouet donnés par le meneur. http://www.francparler.com

Actuellement, être franc du collier fait référence à cette bête de trait qui tire énergiquement sur le collier et désigne une personne qui se montre décidée, directe, sans arrière-pensée.

Dans la pratique, je pense que la plupart ne font pas la liaison naturellement. Si jamais, le doute surgit, rappelez-vous de cet échange tiré du commentaire d’Aldine:

X: Dit-on 7 et 3 font « onze » ou 7 et 3 font « tonze » ?
Y: On dit 7 et 3 font « tonze ».
X: Erreur, mon cher, grave erreur ! On dit 7 et 3 font… dix.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s