Le « nous » de modestie

Je suis étonné ou plutôt… nous sommes étonné. La langue française m’épatera toujours. Il existe le nous de modestie. Plutôt que de parler à la première personne du singulier, le nous prend la relève du je. Une façon de mettre son ego de côté et d’apparaître plus humble. Il s’utilise dans les essais, les préfaces, les dissertations et autres discours politiques. Dans ce cas précis – celui où le nous se réfère à une seule personne – l’accord du participe passé et des adjectifs se fait au singulier.

Nous (une femme) nous sommes efforcée de donner des explications dans un langage clair.

C’est la même règle pour le nous de majesté ou le vous de politesse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s