Projet Voltaire

Pour peu que vous cherchiez à améliorer votre orthographe, vous ne pouvez pas passer à côté du « projet Voltaire ». La baseline indique un « service en ligne d’entraînement à l’orthographe ». A priori une bonne initiative. L’inscription est gratuite et vous permet de tester votre niveau. Après avoir détecté vos lacunes, le système vous propose un entraînement aussi long que nécessaire.

Soyons clairs, l’offre basique est un produit d’appel vers les formules payantes. Avec un orthographe moyenne, les deux séries de tests et ses exercices d’entraînement ne dépassent pas le quart d’heure. Un peu bref pour un projet censé améliorer l’orthographe au sens large. Le test offert est basé sur une trentaine de difficultés. Les questions sont fermées et un clic suffit pour relever une erreur. Très vite, on repère la difficulté et les exercices deviennent monotones. L’aide par rapport aux règles est grossière et très formatée. Au mieux, on apprend un truc ou l’autre. Pas du tout convaincu pour ma part.

Derrière les manettes du projet, on trouve la société Woonoz. La finalité est évidemment commerciale même si les fondateurs prétendent répondre à une préoccupation de société. En effet, de plus en plus de responsables se plaignent du niveau des candidats. Une mauvaise orthographe des salariés risque de porter préjudice à l’image de l’entreprise. Ainsi, l’outil français remédie à cette carence grâce notamment à du coaching en groupe. Aussi, chacun est libre de passer une certification dans l’un des nombreux centres répartis sur tout le territoire français. Deux heures trente de tests pour évaluer son niveau. Cinq cents points sur mille pour un élève moyen, 700 pour un journaliste et plus de 900 pour un correcteur. Cette certification n’est pas reconnue au niveau du ministère mais, apposé sur un CV, donne un indice sur la maîtrise du français des candidats.


⏩ formules du projet Voltaire

Les modules d’entraînement en ligne vont de 35 à 45 euros. Dans le même esprit, on trouve une application iPhone. Gratuite dans une formule réduite et à 7 euros pour la version complète. Enfin, les plus motivés se tourneront vers l’ouvrage estampillé Voltaire: « Maîtriser l’orthographe ». De nombreux outils payants mais les créateurs ne s’arrêtent pas là. Un très joli blog (gratuit et accessible à tous) vient compléter l’offre. Régulièrement mis à jour, il regorge de nombreuses astuces sur les difficultés de la langue française. En prime, le carnet s’offre les services d’un champion du monde d’orthographe (rien que ça) prompt à donner son avis sur les sujets traités. L’ouverture récente aux commentaires donne l’occasion au lecteur d’interagir.

En Belgique, l’UCL planche également sur un concept assez similaire sous le doux nom du « projet Platon ». J’ai eu la chance de participer à la phase de tests. La plateforme proposera essentiellement un service de dictées. Une voix naturelle ou synthétisée (automatisée) lit un texte et l’apprenant le retranscrit. Après validation, il reçoit immédiatement un corrigé accompagné d’une aide textuelle pour chaque faute. À tout moment, il peut correspondre avec un (vrai) professeur référent pour obtenir une aide personnalisée. Tout comme son homologue Voltaire, Platon sera payant. Pour le moment, de nombreuses personnes ont marqué leur intérêt: le cabinet de logopédie, l’université et la section des lettres, le Forem de Charleroi, les écoles primaires et secondaires, etc. Le projet s’ouvrira également au public que ce soit en perfectionnement à sa langue maternelle (niveau C1) ou à l’apprentissage d’une seconde langue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s