Dizaine, douzaine, quinzaine…

Le suffixe -aine rattaché à un nombre est une bizarrerie à lui tout seul. Les mots composés de cette manière suggèrent une idée d’approximation. On trouve ainsi, dizaine, vingtaine, trentaine… Quand je dis « une dizaine d’œufs » c’est 10, ou 9, ou 11 et même 12 si je compte large. Ah mais non ! Douze c’est douzaine.

Pourquoi avoir fixé douzaine, quinzaine (et leurs variantes: demi-douzaine) et même huitaine (quand on parle de jours) dès lors qu’on précise le nombre exact ? C’est un mystère que je n’explique pas.

Dizaine, douzaine… font partie des noms collectifs. Il en existe d’autres comme: groupe, bande, comité, cortège, ensemble, équipe, poignée, série, etc. L’accord du verbe se fait avec le nom collectif s’il est utilisé seul.

La foule hurlait.

Pour rappel, le verbe s’accorde avec le sujet collectif ou son complément en fonction du sens que veut donner l’auteur.

Des moustiques partout et une dizaine ont dû le piquer.

Voir: « sujet collectif ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s