Corriger son orthographe

Avant l’imprimerie, les moines copistes passaient beaucoup de temps à corriger les copies de copies de manuscrits. À ce moment, plus il y avait de copies et plus le risque d’erreur était grand. Dans les imprimeries d’aujourd’hui, des « épreuves » sont effectuées avant de lancer le tirage définitif. Les coquilles sont retirées sous l’œil vigilant du correcteur. Et si malgré tout, il subsiste des fautes, elles seront retirées dans la prochaine édition.

Sur un blog personnel, une erreur orthographique ce n’est pas très gênant. Au pire, on corrige a posteriori. Sur un site institutionnel ou commercial ça devient tout de suite plus embarrassant et la crédibilité en prend un coup. À moins d’avoir une plume irréprochable (et encore !), il existe des outils plus ou moins fiables pour réduire le risque d’erreur. Une fois le travail terminé, le mieux est de soumettre le contenu à une ou plusieurs personnes compétentes. C’est surtout vrai pour les documents officiels, un mémoire, des affiches à faire imprimer, etc.

Vos alliés privilégiés de première ligne sont: dictionnaire pour l’orthographe, Bescherelle pour la conjugaison et le bon vieux livre de grammaire. Le dictionnaire des difficultés de la langue française est un plus. Voilà pour la méthode traditionnelle. Elle est relativement efficace en fonction de la maîtrise de la langue et du réflexe à aller systématiquement voir au dictionnaire au moindre doute. Resteront les petites erreurs d’inattention et les mots dont on ne soupçonne pas la mauvaise orthographe.

Outils gratuits

— De nos jours, la plupart des logiciels sont équipés d’un correcteur orthographique et/ou grammatical. Efficace pour relever les erreurs d’inattention, il devient vite incompétent dès lors qu’il s’agit de comprendre le sens de la phrase et de trouver le bon mot et les bons accords. À vouloir trop lui faire confiance, on risque de rendre un rapport rempli de fautes. Le mieux est de garder son réflexe de bon écolier et de consulter ses outils au moindre doute. Il existe un conjugueur en ligne et un dictionnaire complet et gratuit.

Reverso dispense de nombreux conseils. Les règles sont faciles à comprendre et les exemples concrets. Le site est équipé d’un correcteur orthographique en page d’accueil. Comparativement à d’autres services du même genre, il est assez efficace. Malheureusement, l’interface ne convient pas pour un usage régulier et pour des textes relativement longs (plus de 2 000 signes).

— Autre ressource: Orthonet. On trouve également des ressources intéressantes mais sa force réside dans son service personnalisé. Vous avez une question précise ou un texte à corriger ? Les linguistes (des hommes et des femmes et non plus un robot) proposent de corriger un texte de taille raisonnable ou de répondre à vos interrogations sur les difficultés de la langue française. Le service est assuré par des hommes et des femmes dont c’est le métier. Il faut donc compter un laps de temps avant d’avoir le corrigé ou la réponse à ses questions.

— En dernier recours, la Communauté française de Belgique a mis en place une assistance linguistique. Un doute sur un terme, une hésitation sur l’orthographe d’un mot, sur l’accord d’un participe passé ? Obtenez gratuitement toute information relative à la terminologie en vous adressant au service de la langue française du Ministère de la Communauté française par courrier (boulevard Léopold II 44, 1080 Bruxelles), téléphone (02/413.23.37) ou par courriel.

Outils payants

Antidote dispose d’un correcteur, un dictionnaire, un conjugueur et un outil de grammaire. Il s’adapte parfaitement aux logiciels d’édition de texte comme Word. À l’installation, vous définissez votre niveau de compétence en français: plus fournies pour les débutants et concises pour les experts. Contrairement aux outils gratuits, il est bien plus efficace dans la correction des textes et permet d’avoir toutes les explications, les règles et des exemples simples.

Le Robert, référence incontestée, dispose d’une version numérique à télécharger ou d’un système en ligne par abonnement trimestriel ou annuel. Une démo jouable gratuite et limitée est disponible sur leur site web.

Conclusion

Personne n’est à l’abri d’une faute de distraction, d’un mot erroné alors qu’on était certain de son orthographe. Nous avons de nombreux outils à notre disposition pour réduire le risque d’erreur. Autant en profiter pour le plus grand plaisir de nos lecteurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s