Annus horribilis

Alors que Nicolas Sarkozy annonce aux Français l’année 2012 comme celle de tous les risques, un sujet du journal télévisé de la RTBF titre: « 2012: annus horribilis ». J’ai d’abord cru à un canular (la chaîne a montré des précédents). Si j’avais suivi l’actualité, j’aurais entendu parlé de 2011 qualifiée par certains comme « annus mirabilis », à savoir une année miraculeuse ou année merveilleuse. Ah bon ? Miraculeuse peut-être en raison de l’absence de gouvernement et donc de la suspension des décisions drastiques au niveau socio-économique.

2012 annus horribilis
⏩ capture du JT sur la Une

En réalité, les deux expressions se tiennent. L’annus mirabilis est un poème écrit en 1665. Le poète anglais retrace les grands évènements de son pays avec une vision très optimiste. En 1992, la reine du Royaume-Uni reprend l’expression et l’adapte à sa sauce avec ce fameux annus horribilis (année horrible). Les journalistes s’en donnent à cœur joie, surtout depuis que Bart De Wever s’amuse avec les expressions latines.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s