Le tréma

Le tréma se place surtout sur les lettres e et i. Il indique de prononcer séparément deux lettres-voyelles qui se suivent. Dépourvu d’un tréma, le maïs deviendrait un mais [mè].

maïs, égoïste, haïr, héroïne, naïf, Israël, Joël, Noël, aiguë, Emmaüs

Vous remarquez que le tréma porte sur la deuxième voyelle. Dans les premiers exemples, cela ne pose pas de problème dans la mesure où les deux signes se prononcent distinctement. Par contre, j’ai un problème avec aiguë puisque la dernière lettre est un e muet et ne se prononce pas.

Lors de mes études, j’ai retenu une règle assez simple et plutôt efficace. Le tréma indique la prononciation de la voyelle précédente contrairement à la nouvelle orthographe (voir ci-dessous). Ainsi, plus de faute dans ambiguë (on doit prononcer le u) ou ambiguï (idem).

Lorsque le tréma est placé sur le i, suivi par une autre voyelle, le tréma confère un son mouillé.

aïe, glaïeul, laïus

Dans la nouvelle orthographe, le tréma est positionné sur la lettre à prononcer. Ainsi, face à un mot inconnu comme gageüre, on prononce [gajur] et pas [gajer]. C’est tout de même plus logique.

aiguë aigüe
ambiguë ambigüe
ambiguïté ambigüité
ciguë cigüe
contiguë contingüe
exiguë exigüe
gageure gageüre

Reste que je ne comprends pas pourquoi on écrit piqûre et pas piqüre ou même picure, ce qui me semble plus logique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s