Les limites de la retouche photo

Face à un portrait, il est tentant de faire quelques modifications afin de rendre le cliché plus flatteur. Quelles sont les limites acceptables de la retouche photo pour ne pas dénaturer la personne ?

N’étant pas professionnel, mes photos sont loin d’être parfaites. Je suis contraint de corriger les défaut de la prise de vue: exposition, couleurs, recadrage et parfois atténuation d’un élément perturbateur. A contrario, je conserve tout ce qui fait les particularités de la personne. Pourquoi vouloir gommer un point de beauté, rétrécir des oreilles ou redresser un nez crochu ?

Évidemment, les choses sont fort différentes selon leur finalité. Une photo de profil pour la publicité d’une crème hydratante diffusée sur des affiches grand format n’est pas comparable à une photo d’identité. Dans le premier cas, le publicitaire opère des choix successifs avant même de passer à la retouche numérique : choix du mannequin, maquillage, habillement, pose, décor…

Retouche maquillage, coiffure
Le maquillage, la coiffure changent profondément le visage

Le but de la manœuvre est de sublimer le sujet pour interpeler le destinataire. La pub cherche à séduire et joue sur la corde des émotions. Elle n’a pas pour objectif de reproduire une réalité, bien au contraire, elle tente de nous emmener dans un monde merveilleux.

Les magazines people sont également friands de la retouche quand ça les arrange. L’actrice pulpeuse faisant la une du magazine est soigneusement mise en valeur alors que deux pages plus loin on montre des célébrités sur le bord d’une plage loin d’être à leur avantage. Hormis cette exception, tout est maquillé pour masquer le vilain bouton, le bourrelet disgracieux, la trace de transpiration et rendre le personnage plus beau, plus attirant selon les normes esthétiques.

Retouche d'un corps sous la douche
Image avant et après retouche (cliquez pour agrandir)

Dans les hebdomadaires, l’information côtoie le people. Les agences essayent de rester fidèle à la photo d’origine (malgré des bourdes grossières). Ce sentiment de futilité est une notion très subjective surtout quand l’objectif premier est de vendre un magazine.

Sur les politiques, les retouches concernent surtout les femmes. Lorsque les paparazzi photographient à son insu Ségolène Royal, on fait en sorte d’avoir un minimum de correction et on lui retouche les jambes, si besoin… La cellulite sur les cuisses d’une femme, c’est de la délicatesse, de l’élégance que de la corriger. Chez un homme, ça me semble moins grave. En faisant ce type de retouches, je n’ai pas le sentiment que l’on trompe quiconque. VSD

Pour ce qui concerne la presse écrite centrée sur l’information, beaucoup n’apportent aucune retouche. Certains se refusent même de recadrer la photo avec comme argument qu’il appartient au photographe et fait partie intégrante de son œuvre.

À ce jour, il n’existe aucune interdiction/obligation en ce qui concerne la retouche photographique. Les professionnels de l’information reproduisent au mieux le reflet de la réalité, alors que la pub et les magazines sont prêts à tout pour endormir le consommateur. Difficile aussi de mettre une frontière entre l’esthétique, le plaisant et la manipulation d’image. Tout étant une question d’appréciation personnelle et d’intérêt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s