Gestalt: psychologie de la forme

Les théories de la Gestalt (forme en allemand) sont connues depuis longtemps. Les psychologues ont étudié le cerveau humain pour mieux comprendre comment nous percevons le monde qui nous entoure. L’œil humain perçoit une image et le cerveau l’interprète à sa façon. Dans ce modèle, le tout est plus que la somme de ses parties. Autrement dit, quand nous regardons une image dans sa totalité, des propriétés nouvelles apparaissent en raison des rapprochements que nous effectuons entre chaque composant de l’image. Notre cerveau structure, ordonne le monde pour lui donner un sens.

Pour illustrer cette théorie, je reprends une illustration connue. On commence à présenter la première image à un groupe de participants. Pour la plupart, il s’agit d’un ensemble de taches noires sur fond blanc. Ensuite, on fait passer une image avec davantage de taches sombres. Déjà, dans l’avant-dernière image, des participants reconnaissent une forme identifiable, sans équivoque. D’autres ne voient toujours rien. Quand tout le monde a cerné le sujet, il est difficile de se détacher de son expérience et de ne voir qu’une feuille blanche tachetée. C’est comme si on demandait à un lettré de regarder un texte sans le lire.

Illusion de taches

En ergonomie, ces observations sont très intéressantes et en partie applicables. Dans son dernier livre « Ergonomie web », Amélie Boucher décortique deux lois tirées des théories de la Gestalt: la loi de proximité et celle de similarité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s